Les fruits et légumes d’avril

Les fruits et légumes d’avril


Un nouveau mois de confinement démarre. Cette période très particulière est l’occasion pour beaucoup d’entre nous de prendre le temps de cuisiner, et de mettre à l’honneur les fruits et légumes de saison ! Alors, voici la liste des fruits et légumes du mois d’avril.

Les fruits d’avril

Le kiwi est le champion de la vitamine C : 2 kiwis couvrent 100 % des besoins quotidiens en vitamine C chez l’adulte.
Le pomelo est le vrai nom du pamplemousse (ils sont souvent confondus à tort). Riches en vitamine C, on peut trouver en France des pomelos provenant de Corse.
La pomme, tout comme la poire, concentre de précieux antioxydants dans sa pelure et est donc à choisir biologique car il s’agit de l’un des fruits les plus traités.
La rhubarbe contient une quantité importante de fibres et aide ainsi à soulager les problèmes digestifs. Elle possède aussi des propriétés anti-inflammatoires.

Les légumes d’avril

L’asperge est un aliment très diurétique : elle contient des composés qui favorisent l’élimination rénale des toxines.
La blette est un légume souvent méconnu pourtant très riche en fibres et en antioxydants intéressants dans la gestion de la glycémie.
La carotte est une source importante de caroténoïdes, des composés qui lui donnent sa belle couleur orange, et qui sont bénéfiques pour la protection des cellules.
Le céleri rave (fin de saison) a des propriétés anti-inflammatoires et joue une action dans la prévention du cancer grâce à sa teneur en flavonoïdes.
Le chou vert est, comme son cousin le chou-fleur, riche en glucosinolates. Il contient aussi des quantités intéressantes de vitamine C.
L’endive contient de l’acide chicorique – un composé aux propriétés antioxydantes – ainsi que de la vitamine A, B9 et K.
L’épinard est riche en béta-carotène, qui a une action bénéfique sur la santé des yeux. Il a également un fort pouvoir antioxydant ce qui l’implique dans la prévention du cancer.
Les fèves contiennent des protéines végétales et des fibres, ce qui leur confère un pouvoir de satiété important. Elles possèdent aussi une bonne teneur en fer.
La laitue contient des antioxydants, les caroténoïdes, qui sont mieux absorbés quand ils sont accompagnés d’une source de gras, comme une vinaigrette à l’huile. Alors, rangez les vinaigrettes allégées !
Le navet est riche en vitamines, notamment en vitamine C, B9 et B6. Il est également source de calcium et de potassium, nécessaires à la bonne santé des os.
Le poireau (fin de saison) fait partie de la même famille que l’ail et l’oignon. Le poireau est très riche en fibres et en potassium.
Le radis favorise la reminéralisation de notre organisme grâce à sa richesse en oligo-éléments. Riche en soufre (qui lui vaut parfois son côté piquant), il stimule aussi la digestion.

Apaisez votre esprit et évacuez le stress avec le Yoga Nidra

Apaisez votre esprit et évacuez le stress avec le Yoga Nidra

 

Thérapeutes Magazine – Publié en mars 2020

https://therapeutesmagazine.com/yoga-nidra/

Apaisez votre esprit et évacuez le stress avec le Yoga Nidra

Le Yoga Nidra est une pratique ancienne pour “apprivoiser” le système nerveux. Elle vous permettra certainement d’apaiser votre esprit…entre autres bienfaits !

Alors, à quoi ressemble une séance de yoga nidra ?

A première vue, la pratique peut sembler n’être rien de plus qu’une séance de relaxation, couché(e) au sol, enveloppé(e) dans des vêtements et des couvertures confortables. (Et des chaussettes)

Mais il existe un certain pouvoir dans l’immobilité. Et la science moderne peine encore à expliquer ce que certains yogis connaissent depuis des siècles. Le yoga nidra, aussi connu sous le nom de “sommeil yogique”, améliore votre santé…De nombreux pratiquants de yoga nidra rapportent qu’ils se sentent complètement reposés après seulement 30 à 120 minutes de pratique. C’est beaucoup plus court que les huit heures de sommeil d’une nuit de repos !

Qu’est-ce que le Yoga Nidra ?

Le Yoga Nidra est une pratique de relaxation puissante qui peut agir comme un soulagement naturel du stress. Certaines personnes utilisent le yoga Nidra pour améliorer le sommeil, bien que lorsqu’on le pratique correctement, on ne s’endort pas vraiment. La pratique du yoga antique vous aide à “dessiner votre conscience” vers l’intérieur afin que vous puissiez passer à une forme plus consciente de “sommeil”.

C’est le même processus que la méditation. Vous êtes complètement détendu au niveau physique, mais l’esprit reste alerte.

Alors que la définition du yoga nidra se traduit simplement par ” sommeil yogique “, il se passe des choses complexes au niveau neurologique, car un instructeur guide votre respiration et votre concentration dans les différentes parties du corps.

Le Yoga Nidra aide votre cerveau à passer de l’état de sommeil à l’état d’éveil ; c’est comme si votre corps dormait pendant que votre esprit restait conscient et clair. Les études sur les ondes cérébrales montrent une puissance alpha et thêta plus élevée chez les yogis qui pratiquent le yoga Nidra. Il s’agit d’ondes cérébrales se déplaçant vers des voies bêta, qui reflètent des niveaux élevés de pensée avant d’entrer dans le sommeil.

Le yoga Nidra est donc souvent utilisé comme moyen d’abaisser les niveaux de stress. C’est une méthode pour apaiser les esprits hyperactifs le temps d’une cession. Beaucoup d’étudiants rapportent des effets incroyables, disant qu’une session de yoga Nidra leur donne l’impression d’avoir dormi pendant huit heures (après la pratique de 90 minutes).

Cela nous rappelle aussi que même si le sport (musculation, course à pied…) apporte de nombreux bienfaits, les sportifs oublient souvent qu’être en activité 7 jours sur 7 n’est pas toujours ce dont notre corps – et notre esprit – ont besoin.

C’est une question d’équilibre. Il est bon de développer nos muscles et de faire du cardio. Mais que se passe-t-il si nous ne créons pas d’équilibre ? Nous fatiguons notre système nerveux. C’est la théorie de la fatigue surrénalienne.

 

Qu’est-ce que le yoga nidra iRest ?

Il existe plusieurs adaptations modernes à la pratique du yoga Nidra. L’une des plus populaires est le yoga nidra de Richard Miller, fondateur de iRest Yoga Nidra. Ce type de yoga nidra est modernisé et utilisé pour aider les parties du cerveau responsables des pensées et des sentiments négatifs. L’armée Américaine a approuvé l’utilisation du Yoga Nidra iRest en qualité de médecine complémentaire et alternative en 2010. (1)

Yoga Nidra et ondes cérébrales: que se passe t’il concrètement ?

Vous commencez par sentir le corps et respirer de manière spécifique afin de déclencher la réponse de relaxation. La réponse de relaxation équilibre les systèmes nerveux sympathique et parasympathique, et équilibre le cerveau gauche et droit. Au cours de ce processus, votre cerveau passe d’un état bêta, un état d’éveil avec beaucoup d’activité cérébrale, à un état alpha, un état plus détendu. En alpha, la sérotonine, une hormone régulatrice de l’humeur, est libérée, ce qui vous calme. Les personnes qui passent peu de temps dans un état d’ondes cérébrales alpha ont plus d’anxiété que celles qui passent plus de temps dans un état d’ondes cérébrales alpha. Pensez à une voiture : si vous voulez arrêter et couper le moteur, vous devez d’abord rétrograder. Le passage du cerveau à un état alpha amorce son processus de “mise hors tension”, ou de passage à un état de repos avec une activité cérébrale plus lente et réparatrice.

De l’alpha, vous passez dans un état d’alpha profond et un état d’ondes cérébrales thêta élevé, l’état de rêve, le sommeil paradoxal. Dans le thêta, vos pensées ralentissent à 4 à 8 pensées par seconde. C’est là que le super apprentissage a lieu. Les enfants et les artistes vivent beaucoup plus d’activités thêta dans leur cerveau. L’intégration émotionnelle et la libération se produisent également ici, et les structures du cerveau changent. C’est ici que certaines personnes ont parfois des pensées aléatoires ou voient des images. Une personne en thêta peut voir des couleurs ou des visions ou entendre la voix d’une personne qui parle tout en n’entendant pas cette voix.

Après le thêta, vous êtes guidé vers le delta, où vos pensées ne sont que de 1 à 3,9 pensées par seconde. C’est l’état le plus réparateur, dans lequel vos organes se régénèrent et l’hormone du stress cortisol est retirée de votre système.

Lorsque vous êtes mis sous anesthésie, vous êtes mis dans un état d’ondes cérébrales delta. Les personnes dans le coma sont également dans un état d’ondes cérébrales delta, ce qui donne à leur corps une chance de restaurer leurs systèmes. Dans notre culture, très peu de gens entrent régulièrement dans les états de sommeil profond comme le thêta et le delta, et par conséquent, notre corps ne s’éteint pas et n’a pas la chance de se rétablir. Les personnes déprimées se dirigent vers les états bêta et alpha, mais rarement vers les états thêta et delta.

Les 4 états de conscience auxquels vous pouvez accéder avec le Yoga Nidra

De delta, l’expérience guidée de yoga nidra vous emmène dans un état d’ondes cérébrales encore plus profond – un état qui ne peut être atteint par le sommeil conventionnel. Dans ce quatrième état de conscience, en dessous du delta, votre cerveau est irréfléchi. Cet état est une sorte de perte totale de conscience, mais vous êtes éveillé. Cet état est celui d’un abandon si profond, où votre conscience est si éloignée du corps physique, qu’il serait difficile de vivre dans cet état. Tout les pratiquants de Yoga Nidra ne parviennent pas à atteindre cet état, mais plus vous pratiquez, plus vous en aurez un aperçu.

Après avoir touché le quatrième état de conscience, vous êtes guidé vers un état d’éveil. Encore une fois, vous ne pourriez pas vivre dans ce quatrième état, mais en y accèdant, vous ramenez un peu de sa paix avec vous dans votre état cérébral quotidien et éveillé. Vous êtes également capable de recâbler vos pensées et vos émotions parce que votre subconscient dans ce quatrième état est fertile, plus ouvert aux intentions et aux affirmations qu’il ne l’est lorsque vous êtes dans votre état d’éveil. En conséquence, dans votre vie quotidienne, vous commencez à vous reposer de plus en plus dans l’espace entre les émotions et les pensées, et ce repos dans cet espace donne naissance à un sentiment de liberté.

De plus, dans la méditation yoga nidra, on vous demande souvent d’attirer votre attention sur l’espace entre vos sourcils – un point connu sous le nom de troisième œil. Derrière cet endroit se trouve la glande pinéale, et cette glande est stimulée lorsque vous y portez votre attention. Des études confirment que l’hormone mélatonine est un agent puissant pour réduire le stress, induire un sommeil plus réparateur et stimuler le système immunitaire, ce qui aide à prévenir la maladie, à favoriser la guérison et à ralentir le vieillissement prématuré.

Les bienfaits du Yoga Nidra

1. Réduisez votre stress

Vous souffrez d’hypertension, d’hypothyroïdie ou d’un manque de sommeil ? Les exercices de relaxation profonde sont connus pour réduire la pression artérielle, réduire le stress et améliorer le sommeil.

Ils peuvent également stimuler la fonction thyroïdienne, réduire les symptômes du syndrome de fatigue chronique et de l’insuffisance surrénalienne (bien qu’il n’existe pas de preuves scientifiques à l’appui) et aider à la récupération de la fatigue musculaire et à la réparation.

2. Apportez de la joie dans votre vie

La pratique du yoga nidra a aussi des avantages psychologiques assez puissants. Il peut aider à guérir les blessures psychologiques et aider ceux qui font face à la dépression et à la dépendance.

Il apporte un profond sentiment de joie et de bien-être au praticien.

3. Connectez-vous avec vous-même

En allant plus loin, le yoga nidra est aussi un moyen de vous connecter avec votre moi spirituel plus profond. Il restaure le corps, les sens et l’esprit à leur fonction naturelle et éveille une conscience subconsciente qui vous permet de ne ressentir aucune séparation. L’unité, la plénitude, la tranquillité et le bien-être sont vécus à un niveau universel.

Cette belle sensation vient à ceux qui sont disponibles pour la recevoir.

Alors, qu’attendez vous pour essayer ?

Musculation à domicile : les exercices incontournables

Musculation à domicile : les exercices incontournables

Pour s’occuper pendant le confinement, il existe des exercices simples de musculation. (Shutterstock)

Vous souhaitez vous mettre à la musculation à la maison pendant le confinement, mais vous ne savez pas vraiment comment vous y prendre ? Voici un condensé des exercices incontournables.

 

https://www.lequipe.fr/Ilosport/Archives/Actualites/Muscu-les-exercices-incontournables/742466

Les pompes

LE classique de la musculation. Tant pour les néophytes que pour les habitués des salles de muscu, les pompes représentent un passage obligatoire. Qu’est-ce qui en fait un exercice incontournable ? La simplicité du mouvement d’abord, qui consiste, en appui sur les bras, à descendre puis relever le buste, en veillant à garder le dos droit pour ne pas souffrir au niveau des lombaires. Autre avantage : il ne faut aucun matériel et les “push up”  sont accessibles même aux personnes débutantes. Enfin, faire des pompes, c’est l’assurance de solliciter de nombreux muscles du haut du corps – les pectoraux, les triceps, les deltoïdes notamment – et de permettre un développement du corps harmonieux. Surtout si vous variez les mouvements : avec les mains écartées, avec les mains serrées, pompes inclinées, pompes déclinées…

Les abdos

La quête de la fameuse “tablette de chocolat” est souvent une des raisons qui pousse à se mettre à la musculation. Pour obtenir une sangle abdominale développée, il n’y a pas de miracle : il faut la faire travailler souvent et de façon efficace. Pour cela, il existe des dizaines d’exercices qui permettent le travail des “abdos” : droits, obliques, crunchs, relevés de jambes… Là encore, il est important de varier les exercices pour travailler l’ensemble de la sangle abdominale et ne pas développer une “zone” au détriment d’une autre. Bien veiller par exemple à solliciter les obliques, parfois délaissés au profit du muscle droit de l’abdomen.

Le gainage

Le gainage, c’est le complément idéal et indispensable des “abdos”. Les deux exercices sont complémentaires, puisque le gainage permet de solliciter les abdominaux profonds, grâce à un travail en contraction isométrique (les muscles qui travaillent ne sont pas en mouvement). Dans sa position classique, le gainage consiste à maintenir une position horizontale, en appui sur les coudes et la pointe des pieds. Les bienfaits du gainage sont nombreux : votre tronc sera plus tonique, votre ventre plus plat et cela prévient le mal de dos notamment. Surtout, ne vous limitez pas à la position “traditionnelle” et profitez de la variété des exercices de gainage pour travailler l’ensemble de votre ceinture abdominale.

Les tractions

Contrairement aux trois premiers exercices, les tractions nécessitent un investissement au niveau matériel. Mais il est minime puisqu’il est possible de se procurer une barre de traction pour environ 20 euros. Et l’investissement est vite rentabilisé vu l’efficacité des tractions. Si vous ne connaissez pas le mouvement de base, il est très simple : il s’agit de saisir la barre et d’élever son visage au dessus de celle-ci uniquement à la force des bras. Avec les tractions, les muscles du dos sont très sollicités, ainsi que les biceps et les pectoraux. En fonction de vos capacités, vous pouvez également essayer différentes variantes de tractions, qui vous permettront un travail complet des muscles du haut du corps.

Le squat

En musculation, il est important de travailler toutes les parties du corps pour ne pas créer un déséquilibre, qui est dangereux pour la santé. Le squat n’est donc pas loin d’être l’exercice roi car il permet un travail de tout le corps en une seule fois même s’il se focalise en priorité sur les cuisses et les fessiers. Le mouvement consiste à fléchir les jambes, avec les pieds à plat sur le sol, tout en portant une barre de traction, chargée ou non, sur le dos. Le squat est un exercice à la fois simple mais aussi technique. Une mauvaise réalisation de l’exercice peut s’avérer très dangereuse. Mais une fois maîtrisé, le squat vous donnera des résultats satisfaisants.

La presse à cuisses

Pour muscler ses jambes, quoi de mieux que la presse à cuisses ? Allongé sur la machine, le dos et lombaires calés sur le dossier, les pieds posés sur une plateforme avec les jambes fléchies, le mouvement consiste à pousser sur une charge jusqu’à ce vos jambes soient complètement tendues avant de revenir à la position initiale. Considérée comme moins risquée que le squat, car la charge est répartie sur l’ensemble du dos grâce au dossier de la machine, la presse à cuisses favorise le développement des quadriceps, des fessiers, des arrière cuisses, des mollets, des lombaires et des abdominaux.

Le développé couché

Lorsqu’on parle de musculation, il est presque impossible de passer à côté du développé couché. Cet exercice très populaire est aussi très efficace car il permet de prendre aussi bien en masse qu’en puissance. Allongé sur un banc, le mouvement consiste à soulever une barre de traction chargée puis la maintenir en position haute avant de la descendre au niveau de la poitrine puis remonter la barre. Le développé couché sollicite les muscles du tronc – petit et grand pectoral – mais aussi les épaules et les triceps. Il est conseillé de pratiquer le développé couché avec l’assistance d’un partenaire pour éviter les accidents, surtout si les charges sont lourdes.

Le soulevé de terre

À l’instar du squat, le soulevé de terre est un exercice qui permet de travailler plusieurs parties du corps – les fessiers, les quadriceps, les arrières cuisses, le dos, les abdominaux et les avant-bras – en un seul mouvement. Comme son nom l’indique, le mouvement consiste à saisir une barre de traction, avec un écartement des mains de la largeur des épaules, au niveau du sol puis la soulever jusqu’aux genoux à l’aide des quadriceps puis redresser le buste. Cet exercice nécessite une technique parfaite car il peut être dangereux quand il est mal exécuté. C’est pour cette raison que les débutants devront faire appel à des coaches diplômés d’état pour apprendre à effectuer le mouvement parfaitement.

Les dips

Vous cherchez un moyen de développer vos triceps, vos pectoraux et vos muscles des épaules ? Essayez les dips ! Pour cela, l’idéal est de disposer d’une machine à dips. Mais si vous vous entraînez chez vous, il vous suffit d’avoir un endroit où il est possible de réaliser cet exercice, qui consiste, placé en appui sur deux barres parallèles, à descendre puis à remonter à la force des bras. Des chaises ou des tréteaux peuvent ainsi faire l’affaire.

Le curl

Comme le développé couché, le curl fait partie des exercices classiques de musculation. Idéal pour développer les biceps, l’exécution du curl est simple et consiste à amener l’haltère au niveau de l’épaule, à la force des biceps, tout en effectuant une rotation du poignet. Durant l’exercice, seuls les avant-bras doivent bouger et il ne faut pas utiliser l’élan pour soulever l’haltère. L’exercice peut aussi s’effectuer avec une barre de traction.

Comment ne pas grossir pendant le confinement

Comment ne pas grossir pendant le confinement

Si vous télétravaillez, rien que le fait de s’asseoir sur un ballon peut avoir de nombreux bienfaits. (Shutterstock

Le confinement à cause du coronavirus réduit fortement notre activité physique. Voici comment maintenir son poids quand on doit rester chez soi.

Le Covid-19 pèse lourd sur la balance… Comme près de la moitié de la planète, les Français sont maintenant confinés depuis le 17 mars. Dans l’angoisse et l’isolement, on a tendance à se réfugier dans la nourriture : « Quand on est fatigué, on a envie de manger gras et quand on est stressé, on a plus envie de sucre pour se réconforter », explique Adeline Cuirot, diététicienne-nutritionniste du sport à Paris.

La prise de poids se fait quand on consomme plus de calories que l’on en brûle. Si une personne sédentaire mange beaucoup, les nutriments sont stockés sous forme de graisse. Plus on est actif, plus on peut manger sans prendre du poids.

Se dépenser, un moyen de brûler des calories et de déstresser

« Le maintien du poids va beaucoup dépendre des émotions », explique Aurélien Mathurin, coach sportif à Paris et étudiant en naturopathie à l’École Dargère Univers. Une personne angoissée, ennuyée, triste ou énervée peut se jeter sur la nourriture pour tenter de se soulager ». Les personnes qui sont actives en temps normal risquent de prendre du poids si elles n’adaptent pas leur apport calorique à leurs nouvelles dépenses, moins élevées en confinement.

Pour vérifier le nombre de calories à consommer, il est possible de faire un suivi sur plusieurs applications mobiles, dont les fonctions de base sont gratuites. Parmi elles, Foodvisor et FitnessPal. En y insérant son âge, sa taille et son poids, l’outil conseille une recommandation du nombre de calories à consommer dans la journée pour maintenir son poids.

Les smartphones prennent de plus en plus de place dans l’entraînement physique. (Shutterstock)

Faire des séances de sport chez soi permet non seulement d’apaiser les émotions nocives, mais aussi de brûler des calories. « Le cardio dans un appart, c’est plutôt délicat ! Mais il existe d’autres méthodes efficaces pour faire du sport dans un espace restreint, comme le fractionné », explique Aurélien. Ce type de séance consiste à alterner entre l’effort intense pendant un nombre de secondes défini et des périodes de récupération.

Parmi les intervalles utilisés, il y a les exercices avec 30 secondes de travail et 30 secondes de récupération appelés 30/30. Plus intense encore, le « Tabata », pour brûler de la graisse avec des séances courtes (maximum une demi-heure). Celles-ci sont composées d’exercices à effectuer en 20 secondes de travail et 10 secondes de récupération, pendant huit séries.

« Il existe beaucoup d’exercices au poids de corps, tels que les burpees, les squats, les pompes, la corde à sauter et le gainage, indique le coach. Certains peuvent être adaptés au niveau débutant, comme les pompes et le gainage sur les genoux. »

Pour les personnes débutantes ou qui reprennent le sport, le fractionné et les exercices au poids de corps peuvent être difficiles. Marcher ou courir sur le rayon d’1 km autorisé est aussi une bonne activité physique à basse intensité. La marche ferait baisser la tension artérielle, réduirait les risques de maladies du coeur et diminuerait le taux de cholestérol dans le sang, parmi de nombreux autres bienfaits.

« Le yoga est également une activité physique efficace qui prend très peu de place, ajoute Aurélien Mathurin. Il est toujours mieux de faire ses séances avec un coach, même si c’est via Skype, mais il existe de bonnes séances sur YouTube de tous les niveaux. »

Manger équilibré et snacker avec des crudités

Selon Adeline Cuirot, il faudrait garder l’habitude de manger trois repas par jour, en préservant une structure équilibrée avec des glucides, des protéines et des lipides. « Cela permet de garder un rythme et de maintenir le corps en consommation d’énergie tout au long de la journée, explique-t-elle. Par contre, pour maintenir son poids, mieux vaut adapter les quantités. 25 % de l’apport énergétique devrait provenir du petit-déjeuner, 40 % du déjeuner et 35 % du dîner ».

Le petit-déjeuner : un repas à ne pas manquer. (Shutterstock)

Associer des crudités avec des féculents complets (pâtes complètes, riz complet) lors du repas du soir permettrait d’éviter le stockage et donc la formation de graisse : « Malgré tout, le corps a besoin d’énergie pendant la nuit. Celle-ci vient principalement des féculents. Sans elles, le corps puise dans les muscles », indique-t-elle.

Garder un rythme dans ses activités quotidiennes et dans son sommeil est aussi crucial : « On a un rythme circadien de 24 heures, qui est stabilisé notamment par le lever et le coucher du soleil. Celui-ci affecte nos hormones et ainsi l’appétit, précise-t-elle. Surtout, si on a faim pendant la nuit, mieux vaut manger quelque chose de protéiné et éviter le sucre, afin de ne pas secréter d’insuline. Cela ne ferait qu’augmenter les fringales. »

La diététicienne poursuit son activité en assurant ses consultations via Skype. « Ce qui ressort beaucoup depuis le début du confinement est le sujet des apéros-vidéo, indique-t-elle. En cette période, ces moments de décompression sont essentiels et si les aliments sont bien sélectionnés, ils ne sont pas forcément caloriques. Au lieu de manger du saucisson, on peut servir des légumes crus, puis les tremper dans une sauce faite avec du yaourt de brebis par exemple, ce qui leur donne un goût relevé ».

Pour cette spécialiste de la nutrition, les aliments qui se mangent en dehors du plat principal, tels que les crudités et les fruits, sont les plus nutritifs : « La cuisson des légumes leur fait perdre beaucoup de vitamines et de minéraux », souligne-t-elle.

S’hydrater et infuser

Il faudrait éviter les jus de fruits, qui apporteraient une trop grande quantité d’énergie dans le sang : « Pour moi, boire un jus de fruit, c’est comme boire un soda, provoquant un pic de glycémie catastrophique », révèle Adeline Cuirot.

Le thé et le café étant des diurétiques, ils n’apportent pas forcément d’hydratation. « Mieux vaut laisser infuser un sachet de plantes ou de rooibos dans une bouteille d’eau pendant la nuit et la boire fraîche le lendemain », suggère la nutritionniste.

Pendant vos séances ou au quotidien, ne négligez pas l’hydratation. (Shutterstock)

« L’hydratation est primordiale, c’est le premier facteur de la performance physique et mentale du corps, souligne-t-elle. Boire de l’eau permet de bien éliminer les déchets et de bien véhiculer l’énergie par le sang. » En ce qui concerne la consommation d’alcool, Adeline Cuirot suggère d’accompagner systématiquement sa boisson alcoolique d’un verre d’eau. Histoire de pouvoir au moins décompresser…