Ils veulent davantage de sport en entreprise : après quoi les salariés courent-ils ?

Ils veulent davantage de sport en entreprise : après quoi les salariés courent-ils ?

FOCUS – Aujourd’hui, des millions de Français font du sport. Et selon une étude OpinionWay, 74% des sondés considèrent qu’une activité physique sportive et régulière permet de se sentir bien au travail. Forcément, les entreprises ne pouvaient pas passer à côté de ce phénomène de société.

Les salles qui ouvrent partout en témoignent : la pratique sportive explose. Un exemple frappant parmi d’autres : le running, devenu incontournable ces dernières années. D’après les chiffres de la Fédération française d’athlétisme, 8,5 millions de Français déclarent courir régulièrement. Soit près de 1/6e de la population.

Cette explosion du sport dans les sociétés – surtout occidentales- s’explique, pour Thibaut Bardon, professeur de management à Audencia business school, par trois facteurs  : “Le premier est assez classique : nous sommes dans une société de loisirs, les gens ont plus de temps libre, et donc plus de temps à consacrer au sport“, estime-t-il. “Nous sommes aussi dans une société du confort, physiquement et psychiquement : nous sommes devenus très sédentaires, toujours assis.  Le sport est donc souvent pris comme une réponse à un ensemble de dysfonctionnements causés par ce mode de vie -obésité, problèmes cardiaques…” Mais le sport serait aussi plus qu’une distraction. “Dans nos sociétés, il y a comme un endormissement des affects : on ressent moins, voire plus du tout, certaines émotions, comme le dépassement de soi, la souffrance physique“, analyse Thibaut Bardon. “Le sport nous permet de retrouver certaines  émotions un peu oubliées.”

“Outil de cohésion, de motivation et de formation”

Les entreprises se sont évidemment emparées de ce phénomène de société pour en faire un outil de management. Car le sport est devenu une vraie ressource pour les salariés et leur bien-être… mais est aussi tout bénéf’ pour l’entreprise. “De manière assez classique, le sport est utilisé comme outil de communication externe, via, par exemple, le sponsoring événements, pour bénéficier des valeurs associées à la pratique”, détaille Thibaut Bardon.

En interne, cela passe par l’installation d’infrastructures sportives, salles de gym ou de programmes autour de la santé dans l’entreprise.Les entreprises s’en servent comme un outil de cohésion, de motivation, ou encore de formation“, précise Thibaut Bardon. “La course à pied peut par exemple être utilisée comme métaphore pour faire réfléchir les équipes sur des situations de travail ou des méthodes de gestion.” Des sociétés encouragent ainsi leurs salariés à participer à des courses d’entreprises ou interentreprises, d’autres proposent des sorties régulières entre collègues.

Trop de sport tue le sport ?

Les avantages seraient multiples pour l’entreprise. Selon OpinionWay qui a interrogé 1.000 salariés pour Gymlib, 74% des sondés considèrent ainsi qu‘une activité physique sportive et régulière permet de se sentir bien au travail, juste derrière l’équilibre vie pro/privée et l’intérêt du métier. Et ils sont convaincus de l’intérêt de faire du sport grâce à leur entreprise : pour ceux profitant déjà d’une telle offre, cela améliore principalement la santé (77%), l’image de l’entreprise (73%) et l’ambiance générale (70%).

66% des collaborateurs bénéficiant d’une telle offre estiment aussi que, dans leur société, les gens sont motivés (contre 9% dans celles ne proposant pas ce service). Ils sont alors plus de 80% à qualifier l’entreprise d’ouverte d’esprit, de bienveillante et de stimulante. Mettre en place une offre sport impacte donc fortement la marque employeur, estime l’enquête. Mais c’est aussi un levier de fidélisation interne : cela donnerait envie 57% des salariés de rester au sein d’une structure. Cela est d’autant plus vrai auprès des Millenials (18-29 ans), pour lesquels le facteur de fidélisation est de 67%.

Evidemment, tout reste dans l’équilibre. Car un risque existe si l’entreprise dérive vers une injonction à faire du sport. “La survalorisation de la pratique sportive peut altérer les jugements des managers“, rappelle Thibaut Bardon. “Cela peut-être stigmatisant dans certains environnements comme les très petites entreprises, où la place du dirigeant est assez importante. S’il est insistant pour que les salariés aillent courir entre midi et deux et qu’il survalorise le sport, il pourrait, à l’extrême, discriminer des collègues non sportifs, mais qui sont de bons professionnels capables d’atteindre tout aussi bien leurs objectifs”.

Quelle cure anti-fatigue choisir ?

Quelle cure anti-fatigue choisir ?

Santé magazine – Publié le 03/12/2018

https://www.santemagazine.fr/alimentation/nutriments/quelle-cure-anti-fatigue-choisir-171998

À l’automne, pour booster sa forme et renforcer son immunité, rien ne vaut un cocktail à base de vitamines, de minéraux ou de plantes. Notre sélection de six compléments alimentaires anti-fatigue.

 

Pour retrouver la forme en cas de petite baisse de régime, on fait le plein de vitamines et de minéraux au lieu de forcer sur les excitants.

  • Lors des changements de saison, en période de stress ou de surmenage, nos besoins en vitamines et en minéraux augmentent. Sont particulièrement importants le fer et le magnésium, dont les apports sont d’ailleurs parfois insuffisants, et les vitamines B. «  La gelée royale, riche en vitamines de ce groupe, en minéraux et aussi en acides aminés, est une bonne alternative naturelle », explique le Dr Jean-Michel Morel, médecin généraliste et président de la Société franc-comtoise de phytothérapie et d’aromathérapie.
  • En cas de fatigue plus importante, de convalescence ou de stress qui se prolonge, « une formule renfermant de l’éleuthérocoque ou du ginseng (150 à 600 mg d’extrait sec par jour) est à préférer, conseille le médecin. Ces plantes dites adaptogènes augmentent la résistance de l’organisme et favorisent la récupération. » De plus, selon plusieurs études, elles améliorent aussi la résistance aux affections hivernales. Elles sont pleinement efficaces après quelques jours. Attention, elles ne sont pas recommandées avant 12 ans, voire 18 ans pour le ginseng, ni en cas d’hypertension artérielle mal contrôlée !
  • Contre les affections hivernales : on peut choisir la propolis, aux propriétés tonifiantes et antibactériennes, ou l’échinacée (1 000 à 1 500 mg de poudre de racine par jour). Pratiques, de nombreuses références associent ces composants à la gelée royale et/ou aux plantes adaptogènes pour agir à la fois sur la fatigue et sur l’immunité. Autre piste, les probiotiques (lactobacilles et bifidobactéries), qui jouent un rôle certain dans nos défenses immunitaires. « De plus en plus d’études montrent leur intérêt pour limiter les pathologies ORL », souligne le Dr Morel.
  • Pour un effet coup de fouet : mieux vaut opter pour des plantes riches en caféine (café, thé, kola, guarana, maté…). Prises de façon ponctuelle, elles permettent de tenir le coup et même de combattre la somnolence. Mais attention au risque de nervosité, de palpitations et de troubles du sommeil, notamment en association au ginseng ou à l’éleuthérocoque (c’est le cas de nombreuses formules “booster”).

Supradyn Intensia (Bayer)

Signes particuliers  : 13 vitamines et 9 minéraux qui couvrent 100 % des VNR (valeurs nutritionnelles de référence, les anciens AJR, apports journaliers recommandés) en vitamines (sauf la vitamine K) et en certains minéraux dont le fer (14 mg par comprimé), le zinc, l’iode, le cuivre et le manganèse.

Pour qui ? À partir de 18 ans, en cas de fatigue passagère ou lors de périodes de surmenage, notamment chez les femmes ayant tendance à manquer de fer (règles abondantes, alimentation peu riche en fer…).

Notre conseil : ces comprimés effervescents, appréciés pour leur goût orange/fruit de la passion, sont agréables à prendre le matin.

Environ 13  € la boîte de 30 comprimés.

D-Stress Booster (Synergia)

Signes particuliers : des vitamines B et du magnésium (200 mg par sachet, soit 53 % des VNR*), dont les sels (glycérophosphate et citrate) provoquent peu de troubles digestifs (diarrhée). Ce produit contient 2 acides aminés énergisants : de l’arginine (400 mg) et de la taurine (80 mg), qui facilite l’absorption du magnésium. Goût pêche.

Pour qui ? À partir de 15 ans, en cas de fatigue liée au stress, de nervosité et de troubles du sommeil.

Notre conseil : ce n’est pas un stimulant (pas de caféine) ! En cure d’attaque, on peut prendre 2 à 3 sachets/jour.

Environ 16  € la boîte de 20 sachets.

Bion 3 Energie Continue (Merck)

Signes particuliers : une formule bien connue aux probiotiques (Bifidobacterium bifidum, B. longum et Lactobacillus gasseri), vitamines du groupe B, bien dosées et libérées de façon prolongée, fer
et iode. Renforcée en vitamine C (180 mg par comp.), avec une petite dose de ginseng (10 mg).

Pour qui ? À partir de 15 ans lorsqu’on veut combiner cure anti-fatigue et probiotiques, pour mieux surmonter la période hivernale.

Notre conseil : les probiotiques contribuent à l’équilibre de l’organisme et potentialisent l’effet des vitamines et minéraux.

Entre 12 et 13 € environ la boîte de 30 comprimés.

Ginseng Protect Bio de Sibérie (Super Diet)

Signes particuliers : l’éleuthérocoque (ou ginseng de Sibérie ; 600 mg d’extrait sec pour une ampoule), la gelée royale fraîche (500 mg), et l’échinacée (600 mg de plante sèche) agissent en synergie.

Pour qui ? À partir de 15 ans, en cas de fatigue et pour stimuler ses défenses immunitaires. Pas d’utilisation en cas d’allergie aux piqûres d’abeille puisque le produit contient de la gelée royale, ni en cas d’immunodépression (chimiothérapie, VIH…) du fait de la présence d’échinacée.

Notre conseil : si le goût de ces ampoules ne plaît pas, on peut essayer de les diluer dans un demi-verre de jus d’orange.

Entre 25 et 30 € la boîte de 20 ampoules.

Imuvitalose (Pierre Fabre)

Signes particuliers : associe la vitamine C (100 mg/gélule) et l’Imunoglukan, un bêta-glucane (grosse molécule de sucre) issu d’un champignon, qui stimule dans l’intestin des cellules intervenant dans nos défenses immunitaires (les plaques de Peyer). Évalué dans le cadre d’études chez l’enfant et l’adulte.

Pour qui ? À partir de 7 ans pour booster les défenses immunitaires en cas d’infections respiratoires récidivantes (rhumes, bronchites, otites…).

Notre conseil : en cure de 3 mois à commencer dès octobre. Une suspension buvable au goût neutre existe pour les enfants de 3 à 7 ans, elle se mélange à un yaourt ou à un jus de fruit.

Environ 13,90 € la boîte de 30 gélules.

Vitascorbol-Boost (Cooper)

Signes particuliers : 9 vitamines et 6 minéraux (soit 100 % des VNR* sauf pour le chrome et le magnésium ; 14 mg de fer), des plantes riches en caféine (guarana et cola, soit 40 mg), de l’acérola (vitamine C) et un acide aminé : l’arginine (500 mg par comprimé), pour le tonus musculaire.

Pour qui ? À partir de 12 ans, de façon ponctuelle si l’on recherche un effet tonique immédiat ou en cure courte (10 à 15 jours).

Notre conseil : une bonne formule qui aide à surmonter les grosses périodes de fatigue au travail ou de révisions, grâce à l’association, bien dosée d’arginine, de vitamines et de minéraux. À prendre dans la matinée.

10-12 € environ la boîte de 20 comp. sans sucre (goût orange).

Quand consulter ?

  • Si l’on ne trouve pas de causes évidentes à la fatigue.
  • Lorsqu’un amaigrissement inexpliqué, une perte d’appétit, des idées noires, s’ajoutent à la fatigue.
  • En l’absence d’amélioration après 2 à 3 semaines de cure anti-fatigue.

La cohérence cardiaque pour améliorer votre bien-être

La cohérence cardiaque pour améliorer votre bien-être

 

La cohérence cardiaque est un outil qui va vous permettre, en très peu de temps, de vous recentrer et ainsi assumer votre journée trépidante sans dommage pour votre santé. Carole Mégrot, formatrice à la Fédération française du sport d’entreprise, nous donne ses conseils.

Tous sports - Bien-être - (Shutterstock)
(Shutterstock)

Dans notre société, nous sommes sans cesse en quête de performance, d’amélioration de la productivité au travail et souvent tout simplement submergés par les multiples tâches du quotidien. Stress, angoisses, problèmes de sommeil et d’alimentation augmentent et le temps que nous dédions à notre propre bien-être prend une part de plus en plus limitée dans notre journée. Et si nous prenions un peu de temps, chaque jour, pour revenir à l’équilibre ? Carole Mégrot, formatrice à la Fédération française du sport d’entreprise (FFSE), nous donne ses conseils.

C’est quoi la cohérence cardiaque ?

La cohérence cardiaque est apparue aux États-Unis, il y a une vingtaine d’années et a été démocratisée en France par le docteur David Servan Schreiber. Issue des recherches médicales en neurosciences, elle est utilisée par la Nasa comme par les sportifs de haut niveau pour mieux gérer leur stress et améliorer leur concentration. On pourrait résumer la cohérence cardiaque comme un état d’équilibre physiologique, physique, mental et émotionnel qui induit un recentrage et un renforcement de chacun de ces domaines.

Il s’agit de créer des cycles respiratoires réguliers et contrôlés pour équilibrer notre système nerveux autonome, le mettre en état de neutralité. Sous l’effet des émotions, notre système nerveux autonomes composé du système nerveux sympathique et parasympathique est déséquilibré. Cela est induit par notre cerveau qui, lors d’un stress, va faire accélérer les battements de notre coeur. Ces accélérations cardiaques vont influer sur la production des hormones du stress telles que le cortisol.

Comment ça marche ?

Pour créer ces cycles respiratoires réguliers, vous aller devoir inspirer et expirer à un rythme physiologique particulier. Ce rythme va permettre à votre corps d’augmenter la libération des hormones de bien être telles que la DHEA, la sérotonine, les endorphines, la mélatonine et ainsi rétablir l’équilibre hormonale.

Pour cela, rien de plus simple, il suffit d’appliquer le 365.

– Je synchronise mon cœur à ma respiration 3 fois par jour : le matin, le midi et en fin d’après-midi. Les effets de cette respiration agissent entre 4 à 6 heures.
– J’adopte un rythme respiratoire de 6 respirations à la minute. Un adulte en bonne santé respire de façon naturelle entre 12 à 15 respirations par minutes. Pour atteindre ce rythme de cohérence, il va falloir inspirer en 5 secondes et expirer en 5 secondes.
– A chaque temps de respiration, je respire pendant 5 minutes.

(Shutterstock)
(Shutterstock)

Cet exercice se pratique debout ou en position assise le dos droit, les épaules relâchées et les pieds bien à plat sur le sol. La respiration doit se faire de préférence par le ventre de façon légère, fluide et sans forcer l’amplitude. Afin de de permettre à notre corps d’intégrer cellulairement les bénéfices de la méthode, une régularité de pratique est nécessaire. Il vous faudra une dizaine de jours pour observer les premiers résultats. Pour vous aider à acquérir ce rythme respiratoire, il existe des guides respiratoires pour smartphone (comme l’excellente application respirelax développée par les Thermes d’Allevard).

Exercez-vous maintenant

Vous pouvez faire cet exercice, en prévention, avant un évènement stressant (prise de parole en public…) ou lors d’un stress, d’une sensation douloureuse.

Synchronisez votre respiration sur le rythme 5/5 : inspirez pendant 5 secondes et expirez sur 5 secondes. Respirer tranquillement, sans forcer. Une fois que vous êtes à l’aise, centrez votre attention sur la région de votre cœur.
– En continuant au même rythme, imaginez, ensuite, que votre respiration entre et sort de votre cœur, au niveau du plexus solaire.
– Tout en maintenant votre attention sur le cœur avec une respiration confortable, concentrez- vous sur le souvenir d’un moment agréable (en compagnie d’une personne, d’un animal, devant un paysage, un moment de vie etc). Essayez, alors, de laisser venir, sans forcer, le sentiment de satisfaction, de bien-être, ou de plaisir, attaché dans votre mémoire à ce moment privilégié.

La Fédération française du sport d’entreprise (FFSE)

La mission de la FFSE est d’inciter et de développer la pratique du sport en entreprise, tant pour les valeurs humaines véhiculées, que pour les bienfaits générés sur les salariés. Elle organise les prochains Jeux Nationaux du Sport d’Entreprise, du 8 au 12 mai 2019 en Martinique. Plus d’informations par ici.

FFSE

6 postures de yoga sur chaise pour s’étirer au bureau

6 postures de yoga sur chaise pour s’étirer au bureau

Voici six étirements faciles de yoga, à réaliser sur votre chaise de bureau, dans la journée quand vous pouvez prendre quelques minutes pour vous, au calme.

Tous sports - Coaching - (Shutterstock)
(Shutterstock)

Nombre d’entre nous ont des professions qui nous obligent à rester assis, toute la journée derrière un ordinateur. Cette posture statique est très néfaste pour le corps et peut engendrer de nombreuses blessures. Le corps se crispe, le dos se voûte, le cou devient raide, les muscles des jambes se raccourcissent et se raidissent, et de nombreuses douleurs et blessures s’en suivent. Afin d’éviter les blessures du sédentarisme, il est important de pratiquer une activité sportive régulière, mais il est également essentiel de pratiquer quelques étirements au bureau.

Soulager les tensions au niveau du cou

L’exercice : Penchez votre tête à droite en rapprochant votre oreille droite de votre épaule droite. Sentez l’étirement sur la partie gauche du cou. Pour aller plus loin dans l’étirement, vous pouvez poser votre main sur votre tête pour rapprocher votre oreille d’avantage de votre épaule. Maintenez cinq respirations et faites le même exercice de l’autre côté.

 Les bénéfices : Cette posture soulage les tensions et détend les muscles du cou.

(Shutterstock)
(Shutterstock)

Étirer les épaules et le haut du dos

L’exercice : Tenez vous droit, posez les doigts de vos mains sur vos épaules en gardant les coudes vers l’extérieur. Faites des grands cercles vers l’avant puis vers l’arrière avec vos coudes. Inspirez quand vous montez les coudes, expirez quand vous les baissez. Faites le dans chaque sens, pendant cinq respirations.

Étirer le haut du dos et booster votre circulation sanguine

L’exercice : Assis sur votre chaise, le dos bien droit, décollez votre jambe gauche et enroulez votre jambe droite qui reste au sol. Le pied gauche passe derrière le mollet droit et les orteils s’accrochent sur l’avant du mollet. Le pied droit est à terre, la plante de pied presse dans le sol. Maintenez la position des jambes puis écartez les bras et rapprochez-les pour qu’ils se rencontrent au niveau des coudes. Pliez les coudes et enroulez vos avant-bras ensemble avec les paumes de mains face à face. A l’inspiration, levez les bras de sorte à ce que vos doigts pointent vers le ciel. Maintenez la posture cinq respirations, puis faites la même chose avec l’autre jambe.

Les bénéfices : Cette posture soulage le dos et les épaules. Elle permet également de booster la circulation sanguine et le drainage lymphatique.

Éviter le dos voûté et étirer la colonne

L’exercice : Cet exercice reprend les mouvements de la posture chat/vache dans une position assise. Le dos bien droit, posez vos mains sur vos genoux. A l’inspiration, allongez le cou, regardez vers le ciel, creusez le dos et bombez la poitrine en rapprochant vos omoplates. A l’expiration, étirez les bras devant vous, arrondissez le dos et ramenez le menton au cou. Répétez cinq fois.

Les bénéfices : Cet exercice permet de réveiller la colonne vertébrale, d’éviter le dos voûté et d’enlever les tensions dans le dos.

(Shutterstock)
(Shutterstock)

Replacer votre colonne vertébrale et masser vos organes internes

L’exercice : Placez votre main droite derrière votre fesse gauche et votre main gauche sur votre genou droit en ouvrant votre torse vers la droite. A l’inspiration, allongez le dos vers le ciel et tournez davantage vers l’arrière en regardant au dessus de votre épaule droite. Restez cinq respirations puis faites la même chose de l’autre côté.

Les bénéfices : Cet étirement permet de tonifier le dos, de replacer la colonne vertébrale mais aussi de masser les organes dans l’abdomen. Le mouvement de torsion va comme “essorer” les organes, leur permettre d’évacuer les toxines et leur apporter du sang bien oxygéné.

Ouvrir les hanches et relâcher les tensions dans les jambes

L’exercice : Positionnez votre pied droit sur votre genou gauche et laissez tomber et s’ouvrir votre genou droit vers le sol. Respirez profondément. Si vous le pouvez, tout en gardant le dos bien droit, penchez vous vers l’avant pour aller plus loin dans l’étirement. Restez cinq respirations et faites la même chose de l’autre côté.

Les bénéfices : Cet exercice reprend le principe de la posture du pigeon qui permet de soulager les lombaires, d’ouvrir les hanches et de relâcher les tensions causées par une position assise prolongée.

Prenez quelques minutes par jour pour effectuer ce rituel et prendre soin de vous. Cela vous permettra d’éviter les blessures du sédentarisme, de garder votre mobilité et d’évacuer le stress et les tensions de la journée. Vous serez en meilleure forme et plus heureux !