Les coachs privés ne sont pas réservés à l’élite

Les coachs privés ne sont pas réservés à l’élite

Les coachs personnels sont une bonne solution pour certaines personnes d'obtenir des résultats mais aussi pour se motiver. (DR)

Les coachs personnels sont une bonne solution pour certaines personnes d’obtenir des résultats mais aussi pour se motiver. (DR)

Avoir un coach sportif à domicile n’est pas synonyme de luxe. Cette idée reçue est très répandue, pourtant, les tarifs peuvent être abordables, et surtout, avoir un coach pour soi est souvent plus efficace pour obtenir des résultats.


Le coach sportif n’est pas là pour vous ruiner

Même si cela peut vous sembler être un argument compassé, lorsque l’on parle d’un coach sportif, a priori, on parle d’une personne qui a placé le sport et donc une certaine hygiène de vie et des valeurs au tout premier plan de la sienne. Cela devrait donc vouloir signifier que, bien qu’il existe des brebis galeuses ne soyons pas non plus complètement utopistes, la plupart des coachs sportifs correspond effectivement à des gens qui ne sont pas là pour vous plumer au niveau du portefeuille, mais plutôt pour vous remplumer en matière de physique.

Les séances privées sont un bon moyen pour s'entretenir physiquement avec un programme adapté (DR)

Les séances privées sont un bon moyen pour s’entretenir physiquement avec un programme adapté (DR)

Ce type de service a effectivement connu un essor particulièrement intense dans certaines strates de la société, que l’on peut considérer comme plutôt huppées. Ne nous le cachons pas, c’est bien Los Angeles et Hollywood qui ont popularisé l’idée d’avoir quelqu’un pour s’occuper son physique… Cette pratique s’est donc démocratisée avec les décennies, ne serait-ce que parce que le public a démontré un intérêt grandissant pour l’entretien et le développement personnel.

Le coach sportif est là pour vous faire bénéficier de tout ce qu’il ou elle a appris tout au long de sa carrière. Pour cette profession, le bouche-à-oreille fait toute la différence entre celles et ceux qui parviennent à avoir une activité fructueuse, leur permettant de bien gagner leur vie, et celles et ceux qui se plantent plus ou moins lourdement, et qui doivent dès lors envisager une autre voie afin de travailler de manière pérenne.

Pourquoi avoir un coach sportif particulier ?

Comprenons bien tout d’abord qu’un coach sportif devra être capable de se mettre littéralement au diapason de vos besoins à vous ; il ou elle n’est pas là pour faire étalage de son savoir sans tenir compte de vos besoins, de vos requêtes, de votre rythme de travail et ce genre de choses.

Le ou la coach sportif/ve aura donc pour objectif principal de vous en fixer un, et pour ce faire, il devra établir une sorte de feuille de route personnelle. Fitness, relaxation, crossfit, course à pied, vélo… les possibilités sont multiples et il faudra peut-être apprendre à jongler entre toutes afin de réellement parvenir à fixer un programme qui vous correspond.

Généralement, on recommande le coach sportif personnel lorsque l’on a des horaires qui ne permettent pas de se plier aux salles, ou bien lorsque la motivation est quelque chose qui fait défaut. Il va de soi que d’avoir quelqu’un qui vous pousse et vous challenge en permanence tout du long de la séance, c’est quelque chose qui va grandement influer sur les efforts que vous vous efforcerez de consentir, sans trop vous mentir à vous-même.

Il existe deux types de coachs sportifs, ceux qui sont en relation directe avec une salle de sport et qui proposent néanmoins des séances auprès de particuliers désireux d’un programme sur-mesure, et les coachs dits « indépendants ». Si vous souhaitez que les séances se déroulent à domicile, la plupart du temps, vous ferez appel à un coach appartenant à la seconde catégorie.

Pour finir, il faut parler des tarifs pratiqués, et sachez qu’en la matière, vous pouvez considérer qu’une heure pleine coûte généralement entre 30 et 70 €. Il est essentiel de souligner que les sommes consenties vous feront bénéficier de réduction sur l’impôt, ce n’est pas à négliger ; notez par ailleurs que la plupart du temps, les chèques emploi services sont acceptés !

Les séances privées sont de plus en plus abordables, avec des prix commençant autour de 30 €/heure. (DR)

Les séances privées sont de plus en plus abordables, avec des prix commençant autour de 30 €/heure. (DR)

Conclusion

Nous espérons que cet article vous aura éclairé sur les origines et l’évolution du concept de coach sportif personnalisé. N’hésitez pas à jeter un œil sur Internet, vous verrez que les profils sont variés, y compris près de chez vous…

Source : StarOfService

Ma gym d’hiver !

Ma gym d’hiver !

Bougez, bougez !

L’hiver arrive modestement et emmène avec lui les coups de mous, et tout le tralala qui s’en suit : la douleur est au rendez-vous (articulaire surtout), les virus hivernaux pointent leur nez. Bougez, mobilisez votre corps et ne laissez pas l’hiver vous affaiblir.

Mieux encore, si vous êtes adepte aux sports d’hiver, préparations obligent, certains exercices sont plus que nécessaires pour que vous puissiez acquérir les conditions physiques adéquates et affronter les pistes d’hiver. Voici quelques exercices à ne pas rater pour cet hiver !

Déverrouillez vos articulations !

Pour les hanches, les genoux, les jambes, optez pour cet exercice de squat au mur et déverrouillez tout !

Cet exercice nécessite l’utilisation de ballon souple.

En position debout, le ballon plaqué entre le mur et le bas du dos, les jambes légèrement écartées de la largeur de la hanche. Lorsque vous êtes bien installé, prenez appui sur le ballon et avancez un peu les pieds vers l’avant.

Lorsque vous êtes prête, pliez progressivement les genoux, descendez doucement jusqu’à atteindre la posture de la chaise et enroulez le dos sur le ballon qui va monter vers le haut. Pendant ce mouvement, rentrez le nombril, et faites une grande inspiration.

Restez quelques secondes sur la posture de la chaise et remontez doucement vers le haut en vous appuyant sur les jambes. Enroulez le ballon sur le dos qui va se déplacer vers le bas du dos et expirez.

Commencez par 10 mouvements de descente et montée et améliorer vos performances chaque jour en augmentant progressivement le nombre de séries.

Vous pouvez pratiquer le saut sans ballon. Le but est de travailler les fessiers et les quadriceps pour faire « brûler » les cuisses. 

Non aux douleurs musculo-squelettiques !

Le gym-ball, vous connaissez ? C’est quand nos coach veulent que nous travaillons l’équilibre, le mouvement et solliciter nos muscles profonds.

En hiver, le gym-ball est notre meilleur allié pour éviter les différentes douleurs musculo-squelettiques qu’on n’arrive toujours pas à bien décrire. Il va falloir donc s’y mettre au quotidien.

Assayez-vous doucement sur un  ballon souple ; gardez le dos bien droit, les jambes légèrement écartées et trouvez l’équilibre. Restez dans cette posture pendant 10 minutes par jour. 

Renforcez votre ceinture abdominale !

Le pont est l’exercice choisi par excellence pour renforcer votre ceinture abdominale et faire travailler votre dos.

En position couchée sur le dos, les bras allongés le long du corps, les jambes fléchies, les pieds bien à plat. Ne creusez pas le bas du dos.

Lorsque vous êtes prête, expirez, contractez les abdos et les muscles fessiers, et décollez le bassin du sol et soulevez-le le plus haut possible en vous appuyant sur les bras, les mains et les pieds bien à plat.

Restez dans cette posture pendant quelques secondes puis revenez vers le bas.

Effectuez 10 mouvements de montée-descente.  

Travaillez vos ischio-jambiers et vos fessiers !

Les muscles ischio-jambiers sont des muscles qui se trouvent à l’arrière des cuisses.

L’exercice du génie est essentiellement utile pour préparer les muscles aux contractions des sports d’hiver et afin d’éviter les accidents.

En position à genoux sur le sol, gardez le dos bien droit, et croisez vos bras au niveau de votre poitrine ou mettez-les sur les hanches.

Lors d’une expiration, contractez vos fessiers, vos abdos, et les muscles de votre buste et laissez-vous portez légèrement vers l’arrière en gardant l’équilibre et toujours gardant toujours le dos bien droit. Restez dans cette posture pendant quelques secondes puis revenez à la posture de départ.

Effectuer 10 à 15 séries d’arrière en avant. 

Du ski à la maison…

En attendant les vacances d’hiver et avant de pouvoir affronter correctement les pistes, il est plus prudent de s’exercer quelques semaines à l’avance.

Le lateral skater jumps est un ensemble de mouvement essentiellement effectué par les patineurs de vitesse. Cet exercice va solliciter les fessiers ; non seulement, vous apprendrez à garder l’équilibre et la souplesse, mais il va sans dire qu’avec ces mouvements, vos genoux et vos chevilles auront plus de force et éviteront de vous faire tomber.

En position debout, sautez d’un pied sur un autre en posant la jambe gauche derrière la jambe droite en vous pliant en squat. Gardez l’équilibre en vous appuyant sur la jambe de réception. Pendant ce temps, vos bras suivent les mouvements : le bras droit suit vers le côté et le bras gauche sur les hanches.

Sautez ensuite sur l’autre jambe. La jambe droite derrière la jambe gauche, les bras suivent le mouvement vers la gauche.

Sautez d’un côté à l’autre pendant 1 minute puis faites une pause. Reprenez les mouvements.

Faites 3 séries de 1 minute. 

Comment réussir à faire le grand écart ?

Comment réussir à faire le grand écart ?

Le grand écart latéral réalisé par notre professeure de yoga Ellie Van Gele. (Cooltraining)

Le grand écart latéral réalisé par notre professeure de yoga Ellie Van Gele. (Cooltraining)

Tout le monde peut faire un grand écart. Il faut simplement de la souplesse, et elle se travaille. Voici nos conseils pour réussir votre grand écart.

https://www.lequipe.fr/Coaching/Bien-etre/Actualites/Comment-reussir-a-faire-le-grand-ecart/1213415

Pour réaliser le grand écart, il faut avoir de la souplesse. Si tout le monde n’est pas souple, il est possible de s’entraîner pour le devenir, à condition de le faire régulièrement et de persévérer.

Avoir une tenue souple

Cela peut paraître basique comme premier conseil mais indispensable. Pensez à porter une tenue souple pour vous mettre dans les meilleures conditions pour débuter votre entraînement. Il vous sera difficile de faire un entraînement optimal si vous n’êtes pas complètement à l’aise dans vos mouvements. Un legging ou un pantalon ample feront tout à fait l’affaire.

Vous pouvez également utiliser un tapis de sol pour que l’entraînement soit plus agréable pour vos genoux.

Bien s’échauffer

Il est très important de bien vous échauffer avant de commencer votre entraînement afin d’augmenter doucement la température de votre corps. Cela permettra à vos muscles de s’assouplir et à vos tendons de devenir plus élastiques. Vous limiterez ainsi d’une part le risque de blessures, et vous serez également en mesure de travailler sur la souplesse de vos muscles de façon optimale.

Pour cela, vous pouvez faire des exercices faisant grimper le cardio comme les jumpings jacks, les montées de genoux ou pour ceux pour qui c’est possible, un footing à allure modérée pendant une dizaine de minutes.

Il est vraiment très important de ne pas commencer vos étirements à froid. En plus de favoriser le risque de vous blesser, vos muscles ne donneront pas le meilleur de leur potentiel si vous ne les chauffez pas au préalable.

Une fois votre échauffement terminé, vous pourrez commencer à réaliser les positions que nous allons vous présenter ci-dessous. Pensez à écouter votre corps et allez-y progressivement, n’essayez pas d’aller au-delà de vos limites. Un travail progressif mais qualitatif sera beaucoup plus bénéfique et vos progrès plus significatifs. Vous devrez réaliser les positions plusieurs fois par séance.

Les muscles sont des élastiques

Pour schématiser, les muscles sont comme des élastiques : plus on tire dessus et plus ils se détendent, mais si l’on tire trop fort et/ou trop brusquement ils s’abîment.

Il faut donc réaliser des étirements de façon douce et progressive, ne mettez jamais “d’à-coups”. Soyez réguliers dans votre pratique et réalisez les exercices de façon fréquente, au moins 3 séances de 45 minutes par semaine, cela vous permettra d’avoir de meilleurs résultats plus rapidement.

Bien respirer

La respiration, comme dans toute pratique sportive, a une très grande importance. Ici, il s’agira de prendre de grandes inspirations et de faire de longues expirations pour faciliter le relâchement musculaire, libérer les muscles des tensions et ainsi favoriser une amélioration et une augmentation de l’amplitude articulaire.

 

4 positions pour réussir le grand écart

Il vous faudra tenir chaque position environ 30 secondes avant de pouvoir passer à la suivante. Concentrez-vous sur votre respiration, à chaque expiration vous pouvez essayer d’étirer un peu plus ; attention, toujours de façon progressive et non brusque. Pensez aussi à alterner jambe gauche et jambe droite en avant sur les positions si vous voulez réussir à faire le grand écart latéral de chaque côté.

Position 1 : La fente avant

Le talon de la jambe avant est bien fixé au sol et votre genou aligné avec votre pied. Votre autre jambe est tendue vers l’arrière avec le genou posé au sol. Avancez votre bassin “sur une ligne horizontale” pour permettre un étirement maximum du psoas. Pensez à garder votre dos bien droit, inspirez et expirez lentement.

La fente avant avec un genou posé au sol. (Cooltraining)

La fente avant avec un genou posé au sol. (Cooltraining)

Position 2 : Étirer les ischio-jambiers

À partir de la position 1, repoussez-vous en arrière et tendez la jambe avant. Descendez progressivement votre buste en direction de votre genou avec pour objectif de poser vos mains à plat au sol. Pensez à garder le dos bien plat.

Simplification : Mettre des coussins ou autres supports sous vos mains.

S'étirer les ischio-jambiers. (Cooltraining)

S’étirer les ischio-jambiers. (Cooltraining)

Position 3 : Le lézard

La position du lézard qui permet entre autres d’étirer les fessiers et les adducteurs va ainsi favoriser l’amélioration de la mobilité des hanches. Pour réaliser cette position dite du “lézard”, vous pouvez partir de la position 1, basculer ensuite en avant et venir poser vos coudes au sol en veillant à ce que votre pied avant et vos coudes soient alignés. Décollez votre genou arrière du sol.

Simplification : Ne pas poser les coudes au sol et garder les bras tendus.

La position du lézard en yoga. (Cooltraining)

La position du lézard en yoga. (Cooltraining)

Une fois ces 3 positions réalisées au moins 30 secondes chacune, faites la même chose en inversant les jambes.

Recommencez ensuite en essayant d’étirer davantage vos muscles : avancez de plus en plus votre bassin sur la position 1, rapprochez davantage votre buste de votre genou sur la position 2 et rapprochez encore plus votre buste du sol sur la position 3. Rappelez-vous, pensez toujours à bien respirer et allez-y progressivement.

Position 4 : Le grand écart latéral

Comme pour les positions précédentes, et une fois que vous vous sentez capable de faire le grand écart, essayez en y allant progressivement et ne forcez pas : vous réussirez une prochaine fois si celle-ci n’était pas la bonne !

Le grand écart latéral. (Cooltraining)

Le grand écart latéral. (Cooltraining)

Cet article est proposé par CoolTraining, agence de coachs sportifs à Paris et partout en France.

Sport à la maison : pourquoi les squats ont autant la cote ?

Sport à la maison : pourquoi les squats ont autant la cote ?

 

Les squats sont sans doute l'exercice le plus connu du monde de la musculation. (DR)

Les squats sont sans doute l’exercice le plus connu du monde de la musculation. (DR)

Le terme « squats » fait partie de ces mots qui hument bon la salle de sport. Cet exercice de musculation fait partie des plus simples et, s’il est bien réalisé, c’est aussi le plus efficace.

https://www.lequipe.fr/Coaching/Musculation/Actualites/Sport-a-la-maison-pourquoi-les-squats-ont-autant-la-cote/1212908

Pourquoi les squats au juste ?

Le mouvement en lui-même possède cette particularité de ne pas seulement faire travailler un seul muscle, ni même plusieurs muscles, mais bel et bien l’ensemble du corps. Alors que la plupart des gens imaginent que les squats sont utiles pour développer le bas du corps, et notamment les cuisses, les ischio-jambiers, les quadriceps, et bien c’est une idée reçue carrément erronée, puisque ce mouvement extrêmement vertueux engage aussi le haut du corps, à commencer par la ceinture abdominale et le torse (d’où son succès dans les cours de Fitness).

Si vous pratiquez les squats de manière intensive ou tout du moins régulière vous obtiendrez un gainage des plus satisfaisant, mais ce n’est pas tout. La tonicité musculaire, la souplesse et par là même votre mobilité de manière générale n’en seront que renforcées, ce qui par extension aura tendance à également limiter les chances que vous avez de contracter une blessure lors de l’exercice d’une autre discipline plus spécifique ; voici donc la raison pour laquelle autant de sportifs, y compris ceux pratiquant des disciplines à haut niveau, se tournent vers cet exercice particulièrement efficace.

D’un point de vue métabolique à présent, tâchons de comprendre les bienfaits des squats en nous tournant vers les physiologies et ce que nous en savons par la science. Lorsque vous effectuez des exercices qui font travailler non pas un muscle en particulier mais plutôt tout un faisceau de groupes musculaire, alors le corps aura tendance à produire des hormones de type anabolique. Ces dernières sont prépondérantes pour la structure et la construction/structuration des fibres musculaires, tout comme elles sont aussi essentielles pour éliminer le gras.

Pour couronner le tout, et ceci ne sera sans doute pas un détail pour certains et certaines, sachez que les squats permettent de se dessiner un postérieur de rêve. Rien de magique là-dedans, et rien non plus d’immédiat, il va vous falloir suer et vous faire un peu mal pour parvenir à sculpter ce fessier qui fera se retourner certains regards sur votre silhouette dans la rue ou dans la salle de sport, voire à domicile… Qui pourrait affirmer que savoir cela n’est pas une réelle source de motivation ?

En conclusion donc, comprenez que les squats sont tout simplement un moyen de faire de vous un athlète plus efficace, un peu comme une lame qui profiterait d’un fusil plus efficace pour affûter son fil avant de servir… Vous gagnerez en puissance, en souplesse, en dynamisme, en vitesse…

Les squats ne sont pas seulement efficaces pour les cuisses et fessiers, mais pour tout le corps. (DR)

Les squats ne sont pas seulement efficaces pour les cuisses et fessiers, mais pour tout le corps. (DR)

Des squats oui, mais comment ?

Nous n’allons pas prendre trop de temps pour expliquer le principe même des squats, car c’est une technique que désormais tout un chacun connaît ou a déjà vu pratiquer. Nous avons plutôt décidé de nous pencher sur les variantes et sur les petites astuces permettant de tirer un parti encore meilleur de la pratique.

Bon, en premier lieu, il s’agit bien entendu de tenir la position correctement : dos bien droit, muscles abdominaux contractés et poitrine ouverte, les pieds bien à plat et le poids reposant sur les talons ; si vous pouvez remuer vos orteils dans la position, alors c’est que vous la tenez ! Vous pouvez vous aider d’un mur afin de mieux parvenir à réaliser l’exercice et nous vous conseillons de ne pas porter de chaussures avec des semelles trop épaisses (le mieux c’est pieds nus !).

S’agissant d’amplitude, ne pensez pas qu’il faille nécessairement aller poser votre fessier sur le sol avant de remonter. Faites en fonction de votre corps, de votre souplesse, de votre taille, écoutez-vous !

 

Trouvez les squats qui vous correspondent le mieux. (DR)

Trouvez les squats qui vous correspondent le mieux. (DR)

Ensuite, tâchez de trouver le type de squat qui correspond le mieux à l’effort que vous souhaitez produire. Il en existe de très nombreuses variantes et nous allons en citer quelques-unes parmi les plus fameuses : le Front Squat, le Back Squat, le Squat Large ou encore le Goblet Squat… Allez voir quelques images et/ou vidéos pour vous faire une idée…

Enfin et pour finir, une fois le mouvement bien maîtrisé, n’hésitez pas corser la difficulté, en utilisant des poids (barre, haltère, etc.) ou bien des bandes de résistance, cela ne pourra qu’être bénéfique !

Conclusion

En espérant que ces quelques explications et éclaircissements vous auront permis de dégrossir et de démystifier les squats, car c’est résolument un exercice parmi les meilleurs pour tous les publics !

Source  : StarOfService