Les défis qui attendent le sport amateur en 2021

Les défis qui attendent le sport amateur en 2021

par Clément Pons – Acteurs du sport – Publié le

 

Sport amateur

Particulièrement mis à l’épreuve en 2020 en raison d’une crise sanitaire sans précédent, le sport amateur va devoir faire face à une myriade de défis en 2021. Au cours des 10 derniers mois, beaucoup de licenciés ont déserté leurs clubs et associations sportives devant la menace de cette pandémie mondiale. Comment les faire revenir ? Quel rôle vont jouer les pouvoirs publics ? Les sponsors seront-ils toujours au rendez-vous ? Et les bénévoles ? Quelles autres pistes peuvent être développées ? État des lieux.

16 mars 2020. Le président de la République Emmanuel Macron déclare l’instauration du premier confinement sur le territoire national, en réponse à l’épidémie de Covid-19 qui fait trembler le monde. Sur les terrains, on fait la grimace. Le sport – comme à peu près tous les secteurs – se met à l’arrêt. Depuis le printemps dernier, quelques éclaircies ont toutefois parsemé le ciel noir foncé de cette année inédite et chaotique pour les 158 000 associations sportives dans l’Hexagone. Mais elles seront bien insuffisantes face à l’ampleur de la crise sanitaire qui emporte tout sur son passage.

À l’aube de cette nouvelle année, les défis sont très nombreux pour le sport amateur et touchent tout un écosystème qu’il va être urgent de mobiliser pour stopper l’hémorragie.

• Enrayer la chute du nombre de licenciés

Fin octobre, alors que le deuxième confinement venait d’être annoncé, le président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) Denis Masseglia nous confiait ses inquiétudes quant à la reprise du sport : “Le plus inquiétant n’est pas le confinement, mais la fin de celui-ci. Si les licenciés qui ont arrêté le sport pendant le confinement ne reprennent pas leur licence, ce sera une catastrophe pour les clubs amateurs”.

Inquiétude justifiée : alors que 16,4 millions de licences étaient délivrées en 2018 par les fédérations agréées, elles seraient en déclin de 20 à 30% en 2020 selon le ministère des sports. La chute est surtout vertigineuse pour les sports en salle (basketball, handball, volley, gymnastique, badminton…) à l’image du judo, fédération olympique la plus touchée avec une baisse de 30% des cotisations. Le sport scolaire n’est pas en reste avec plus de 40% de licenciés en moins pour l’Union nationale du sport scolaire (UNSS), tandis que la Fédération française du sport adapté (FFSA) évoque même une perte de 70% de ses adhérents.

 

Alors comment surmonter ce calvaire et enrayer la défection des pratiquant(e)s dans leurs associations sportives ? Grâce à l’impulsion des pouvoirs publics, déjà. L’État a débloqué une enveloppe de près de 400 millions d’euros en direction du secteur pour 2021. La création d’un “pass sport” doit notamment permettre d’inciter les jeunes de moins de 16 ans (pour les familles bénéficiant de l’allocation de rentrée scolaire, NDLR) et les personnes en situation de handicap à se réinscrire dans les clubs. Un dispositif déjà éprouvé depuis 2015 dans le Gers. “On voulait favoriser le sport pour tous dans un environnement rural”, explique Lydie Toison, vice-présidente du Conseil départemental en charge du sport. “Aujourd’hui, 8 000 foyers en profitent mais nous n’avons pas eu d’augmentation exponentielle en septembre. Nous avons surtout lancé un plan Marshall du sport de l’ordre de 300 000 euros pour aider le tissu associatif.” Ce qui n’a pas empêché une perte de 30 % de licenciés sur le département.

Du côté du mouvement sportif aussi, plusieurs opérations ont vu le jour depuis le printemps pour soutenir les structures. Qu’il s’agisse d’une campagne de dons (“Soutiens ton club” créé par la Fondation du sport français), le déploiement d’une carte passerelle offrant la possibilité aux scolaires de tester des sports via la plateforme “Mon club près de chez moi” ou un fonds d’aide aux fédérations les plus en difficulté, les initiatives se sont multipliées. Reste à organiser ces dispositifs de soutien et ne pas créer de dépendance vis-à-vis de l’État, comme avertit Emmanuelle Bonnet Ouladj, co-présidente de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) : “Les associations, sportives ou non, ont été créées pour pallier à une défaillance des pouvoirs publics. C’est pour ça que nous sommes assez critiques sur le financement du sport ou du milieu associatif qui ne devient qu’un financement par appels à projets. Plus les associations vont y répondre, plus elles vont être orientées par les directives du gouvernement. Et donc elles risquent de perdre leur nature même.”

• Communiquer pour faire revenir les pratiquant(e)s au sein des clubs

C’est l’autre bataille – peut-être la plus importante – à mener de front dans la relance du sport amateur. “La communication est un levier indispensable pour que les membres restent dans les associations”, expliquait mi-décembre le président du CNOSF Denis Masseglia. “On doit les rassurer, leur proposer une offre attractive, les ré-inciter à faire partie d’un projet social tout en respectant les normes sanitaires.” Une volonté illustrée par la campagne “J’ai l’esprit club” lancée en septembre dernier. Certains comme le maire de Chambly David Lazarus veulent aller plus loin en demandant le soutien des pouvoirs publics et la mise en place d’une campagne nationale pour la défense du sport, avec un travail renforcé dans les écoles “qui abritent les bénévoles de demain”

Pour les structures sportives, la problématique de la communication a été omniprésente depuis mars. Un avis partagé par Nizar Melki, cofondateur de SportEasy, outil en ligne visant à faciliter la gestion administrative et l’organisation au quotidien des clubs (convocations, notes et statistiques, messagerie, photos et vidéos…). “On a eu beaucoup de retours sur la complexité à maintenir le lien avec les licenciés, à les informer au mieux avec des mesures gouvernementales qui ont beaucoup changé. Un jour, les jeunes ont le droit de s’entraîner mais pas les adultes, un autre c’est le outdoor mais pas le indoor… C’était parfois

Confinement : comment la naturopathie peut nous aider à retrouver un bon rythme ?

Confinement : comment la naturopathie peut nous aider à retrouver un bon rythme ?

 

 

Confinement : comment la naturopathie peut nous aider à retrouver un bon rythme ?

Thérapeutes magazine par Laurence Guillon* – publié en décembre 2020

*Naturopathe à Lille (Nord) et à Colombes (hauts de Seine)

https://therapeutesmagazine.com/confinement-comment-la-naturopathie-peut-nous-aider-a-retrouver-un-bon-rythme/

Parmi les soucis que certains d’entre nous rencontrent pendant le confinement il y a la difficulté à retrouver un rythme.

En effet les repères habituels ne sont plus là et c’est parfois compliqué de s’y retrouver avec parfois comme conséquences des addictions qui reviennent, une sensation de routine ou d’ennui, un sentiment de solitude, une sédentarité qui s’installe, des journées qui n’en finissent plus, un trop plein d’écrans ou encore des difficultés à trouver le sommeil.

La naturopathie qui comprend dix techniques dont trois sont majeures, l’alimentation, l’exercice physique et la gestion du stress et des émotions peut vous aider à retrouver un bon rythme.

Je vais tenter de vous livrer ci-dessous différentes astuces afin d’éviter les nombreux pièges et symptômes désagréables consécutifs à ces moments particuliers. Il est important de conserver le rythme habituel de journées cadencées par des temps de détente, de travail, d’exercices physiques, de repas et de sommeil.

Les rythme des repas

En temps normal, lorsque nous sommes soumis à un rythme de travail, nos repas sont pris à heures fixes et le risque est de désorganiser ces horaires sous prétexte que nous gérons nous-mêmes notre emploi du temps.

Si tel est le cas, cela peut occasionner différents troubles dont ceux cités ci-dessus ainsi qu’une fatigue chronique qui s’installe. Il est donc essentiel de conserver le rythme initial de 3 ou 4 repas par jour.

L’idéal serait pour gagner en énergie et respecter les rythmes biologiques de notre organisme de pratiquer la chrono-nutrition.

Il s’agit de consommer un petit déjeuner copieux gras et protéiné, un déjeuner dense assorti de légumes, protéines et glucides, une collation comprenant un fruit et des oléagineux et un diner léger comportant une protéine légère, des légumes et une huile de qualité.

Ainsi vous accompagnerez le rythme de sécrétions organiques des enzymes, acides aminés, vitamines, minéraux et oligo-éléments. Je vous renvoie pour cela à mon article sur la chrono-nutrition.

Le rythme du sommeil

Il est essentiel à respecter d’autant que nous venons récemment de passer à l’heure d’hiver.

Il est préférable de conserver les mêmes horaires habituels et de respecter au mieux nos rythmes biologiques notamment celui de la sécrétion de la mélatonine, hormone du sommeil. En effet la glande pinéale commence la synthèse de cette hormone vers 19 heures le soir.

Accompagner son rythme demande par conséquent à créer un climat apaisant et serein en fin de journée.

C’est-à-dire diminuer, voir arrêter les écrans dont la lumière bleue dit au corps qu’il fait jour et retarde ainsi la sécrétion de mélatonine, pratiquer des activités calmes, diminuer l’intensité de la lumière, écouter de la musique douce, ou encore échanger en famille. Tout ceci contribuera à conserver un sommeil de qualité.

Le rythme dans le travail

Hors périodes de confinement nous sommes soumis à des horaires de travail et à un rythme assez routinier.

Il est important de conserver un rythme cohérent et régulier tout en organisant des moments de pause, entre autres pour reposer nos yeux davantage sollicités par les écrans.

Les pauses sont également indispensables une fois par heure pour s’étirer et éviter de se retrouver trop longtemps dans des mauvaises postures ou gestes répétitifs qui pourraient conduire à certains symptômes douloureux.

C’est le moment par exemple d’étirer bras et jambes, de pratiquer des respirations par exemple avec la cohérence cardiaque, de faire quelques pas, d’aérer la pièce de travail, de reposer ses yeux ou encore de s’accorder une pause-café (avec modération) ou tisane.

Le rythme des moments de détente

Nous sommes autorisés à prendre une heure quotidienne pour aller marcher à l’extérieur.

Je vous suggère fortement d’utiliser ce temps pour aller marcher dans la nature, si bien sûr cela est possible pour vous dans les limites autorisées.

Le contact avec la nature est en effet régénérant, dynamisant et nous fait profiter d’ondes négatives propices à la détente.

C’est là encore l’occasion de respirer un air plus vivifiant. Si vous le pouvez alternez des moments de marche rapide et de marche méditative.

Rythmez aussi vos journées en alternant des moments de partage familial si vous avez la chance d’être en famille et si vous êtes seule offrez-vous des échanges par téléphone avec vos proches en ayant soin de privilégier le port du casque pour éviter de profiter les ondes nocives.

Il est essentiel de maintenir le lien humain pendant cette période et d’éviter ainsi le repli sur soi ou les risques d’états dépressifs et anxieux.

Vous pouvez également profiter des bienfaits de l’eau en prenant des bains relaxants en mélangeant à une huile végétale quelques gouttes d’huiles essentielles relaxantes comme la lavande vraie, le ravintsara ou encore le petit grain bigaradier.

Le rythme de l’exercice physique

Pratiquer de l’exercice physique permettra aussi de rythmer votre journée, surtout si cela a lieu en début de matinée.

En effet cela facilitera le recalage de l’horloge biologique et permettra le soir que la mélatonine hormone du sommeil soit synthétisée à la bonne période soit à partir de 19 h.

L’idéal en cette période de confinement serait de pratiquer au minimum trente minutes de marche rapide chaque jour.

La pratique régulière d’une activité physique évitera les prises de poids, on sait qu’en moyenne les français ont pris 2,5 kg lors du premier confinement, cela permettra une meilleure concentration dans les périodes de travail, un meilleur sommeil et une meilleure gestion du stress et des émotions.

Programme sport à la maison (n°7) : on travaille les jambes et les fessiers

Programme sport à la maison (n°7) : on travaille les jambes et les fessiers

Position intermédiaire en fente sautée alternée. (CoolTraining)

Position intermédiaire en fente sautée alternée. (CoolTraining)

Tout au long de ce confinement, sur 28 jours, suivez notre programme musculation de sport à la maison (une séance par jour, sauf le week-end). Objectif : perdre de la masse grasse et se tonifier chez soi sans matériel. Aujourd’hui ce sont les jambes et les fessiers qui vont chauffer.

https://www.lequipe.fr/Coaching/Sport-a-la-maison/Actualites/Programme-sport-a-la-maison-n-7-on-travaille-les-jambes-et-les-fessiers/1195475

Cette séance n°7 de « Sport à la maison » va mettre vos membres inférieurs à rude épreuve et le format 45s/15s va permettre de garder un cardio assez élevé durant toute la séance.

Vous pouvez comme à chaque fois adapter en 30 secondes de travail / 30 secondes de repos en fonction de votre niveau.

Fixez-vous un nombre de répétitions à faire pendant les 45 secondes, que vous devrez tenir à chaque tour !

 

Échauffement

1/ Mobilisation articulaire : Faire 10 cercles dans les deux sens avec les épaules, les poignets, le bassin, les genoux et les chevilles.

2/ Réaliser ensuite 2 fois : 10 squats + 10 fentes avant alternées + 10 fentes arrières alternées.

Réaliser 4 fois les 5 exercices avec 1 minute de repos entre chaque série

-45 secondes de squats / 15 secondes de repos.
-45 secondes de fentes avant alternées / 15 secondes de repos.
-45 secondes de fentes arrières alternées / 15 secondes de repos.
-45 secondes de chaise contre le mur / 15 secondes de repos.
-45 secondes de fentes sautées alternées / 15 secondes de repos.
-1 minute de repos.

Puis recommencez jusqu’à réaliser 4 tours.

Les squats

En position initiale debout, pieds écartés légèrement plus que largeur du bassin et talons bien fixés au sol, fléchissez les jambes autant que possible (l’idéal est de venir casser la parallèle en se retrouvant avec les hanches plus basses que le niveau des genoux). Remontez en expirant.

Faites attention à bien garder les talons au sol et ne pas vous retrouver sur la pointe des pieds. Bien contracter les abdominaux pendant l’exercice.

Simplification : Mettre une chaise derrière soi pour venir s’asseoir dessus.

Position de départ d'un squat. (CoolTraining)

Position de départ d’un squat. (CoolTraining)

Fléchir les jambes en gardant les talons collés au sol. (CoolTraining)

Fléchir les jambes en gardant les talons collés au sol. (CoolTraining)

Les fentes avants alternées

En position initiale debout, pieds écartés de la largeur du bassin, faire un grand pas en avant et venir poser un genou au sol et le pied avant avec le talon bien à plat. Venez ensuite mettre tout votre poids sur la jambe avant et relever vous en poussant fort sur celle-ci. Contractez bien les abdominaux tout au long de l’exercice, et expirez à la montée. Recommencez en alternant jambe gauche puis jambe droite.

Simplification : S’aider d’un support (comme une chaise) à la descente et à la montée.

Position de départ d'une fente avant alternée. (CoolTraining)

Position de départ d’une fente avant alternée. (CoolTraining)

Faire un pas en avant et poser un genou au sol. (CoolTraining)

Faire un pas en avant et poser un genou au sol. (CoolTraining)

Les fentes arrières alternées

En position initiale debout, pieds écartés de la largeur du bassin, faire un grand pas en arrière et venir poser le genou au sol en gardant l’autre pied bien à plat. Venez ensuite mettre tout votre poids sur la jambe avant et relever vous en poussant fort sur celle-ci. Contractez bien les abdominaux tout au long de l’exercice, et expirez à la montée. Recommencez en alternant jambe gauche puis jambe droite.

Simplification : S’aider d’un support (comme une chaise) à la descente et à la montée.

Position de départ d'une fente arrière. (CoolTraining)

Position de départ d’une fente arrière. (CoolTraining)

Faire un grand pas en arrière pour faire une fente arrière. (CoolTraining)

Faire un grand pas en arrière pour faire une fente arrière. (CoolTraining)

La chaise contre le mur

En appui contre un mur, venez vous placer en position de chaise : dos plaqué contre le mur, cuisses parallèles au sol (vos genoux doivent faire un angle à 90°) et talons bien fixés au sol.

Contractez fort vos cuisses, fessiers et abdominaux durant tout l’exercice.

La chaise contre le mur. (CoolTraining)

La chaise contre le mur. (CoolTraining)

Les fentes sautées alternées

En position initiale debout, pieds écartés de la largeur du bassin, faire un grand pas en arrière et venir poser le genou au sol en gardant l’autre pied bien à plat. Venez ensuite mettre tout votre poids sur la jambe avant et relever vous en poussant fort sur celle-ci. Finissez votre extension complète par un saut «ciseau» pour changer de jambe d’appui, et ainsi de suite.

Contractez bien les abdominaux tout au long de l’exercice, et expirez à la montée.

Simplification : Faire des fentes arrières alternées et/ou s’aider d’un support (comme une chaise) à la descente et à la montée.

Position de départ d'une fente sautée alternée. (CoolTraining)

Position de départ d’une fente sautée alternée. (CoolTraining)

Pousser fort sur sa jambe avant pour se relever. (CoolTraining)

Pousser fort sur sa jambe avant pour se relever. (CoolTraining)

Inverser les jambes avec un saut « ciseau ». (CoolTraining)

Inverser les jambes avec un saut « ciseau ». (CoolTraining)

Reprendre appui et poser son pied loin derrière. (CoolTraining)

Reprendre appui et poser son pied loin derrière. (CoolTraining)

Position finale d'une fente sautée. (CoolTraining)

Position finale d’une fente sautée. (CoolTraining)

Cet article est proposé par CoolTraining, agence de coachs sportifs à Paris et partout en France.

Programme sport à la maison (n°6) : séance « full body »

Programme sport à la maison (n°6) : séance « full body »

Position intermédiaire du squat sauté. (CoolTraining)

Position intermédiaire du squat sauté. (CoolTraining)

Tout au long de ce confinement, sur 28 jours, suivez notre programme musculation de sport à la maison (une séance par jour, sauf le week-end). Objectif : perdre de la masse grasse et se tonifier chez soi sans matériel. Aujourd’hui on fait travailler tout le corps avec un séance «full body».

 


Pour cette sixième séance de «Sport à la maison» on part sur du «Full body», pour vous faire travailler l’ensemble de vos muscles. On reste sur le format « AMRAP » (As Many Repetitions As Possible), 20 minutes de travail pour brûler le maximum de calories. Mettez le maximum d’intensité en restant sur une allure que vous pouvez tenir tout au long des 20 minutes.

Échauffement

1/ Mobilisation articulaire :
Faire 10 cercles dans les deux sens avec les épaules, les poignets, le bassin, les genoux et les chevilles.

2/ Réaliser ensuite 2 fois :
10 squats (sautés sur le 2ème tour) + 5 pompes + 30s de gainage sur les coudes.

Faire un maximum de tours en 20 minutes

20 pompes.
50 mountain climbers (25 jambe gauche + 25 droite).
20 squats sautés.
50 mountain climbers.
20 gainages twistés (10 côté gauche + 10 droit).
50 mountain climbers.

Les mountain climbers

En position initiale de pompe, le dos bien droit et les abdominaux contractés, fléchissez d’abord une jambe pour venir placer votre genou sous le buste puis retendre votre jambe et reposer le pied au sol. Faites de même avec l’autre jambe et ainsi de suite. Le but est d’être le plus rapide possible.

Attention pour cet exercice, il est important de garder votre dos bien droit pour une sollicitation maximale des abdominaux et éviter les douleurs lombaires.

Simplification : Faire l’exercice plus ou moins rapidement.

Position de départ du Mountain climber : comme une pompe. (CoolTraining)

Position de départ du Mountain climber : comme une pompe. (CoolTraining)

Ramener une jambe sous le buste pour faire un Mountain climber. (CoolTraining)

Ramener une jambe sous le buste pour faire un Mountain climber. (CoolTraining)

Replacer sa jambe en arrière sans l'avoir posé au sol. (CoolTraining)

Replacer sa jambe en arrière sans l’avoir posé au sol. (CoolTraining)

Ramener ensuite l'autre jambe sous le buste. (CoolTraining)

Ramener ensuite l’autre jambe sous le buste. (CoolTraining)

Les pompes

En appui sur les pointes de pieds et les mains, bras tendus, abdominaux et fessiers contractés, fléchissez autant que possible les bras (l’idéal est que seuls les pectoraux viennent toucher le sol). Remontez pour vous retrouver les bras tendus en veillant à garder les coudes dans l’axe et non écartés vers l’extérieur. Expirez sur la montée.