Comprendre son rythme cardiaque

Comprendre son rythme cardiaque

Traduit par Mélanie Geffroy – Questions de forme – Publié le 8 avril 2019

© iStock

Malgré qu’il soit l’un des systèmes corporels les plus essentiels, nombreux sont ceux qui ne savent pas grand chose sur leur cœur ou sur la façon dont il fonctionne. Le rythme cardiaque au repos correspond au rythme de l’oxygène qui circule à travers votre corps lorsque vous êtes moins active pendant des activités comme le sommeil, être assise au bureau ou regarder la télévision chez vous. Les symptômes du pouls au repos sont les suivants : de faibles taux d’énergie, une pression sanguine peu élevée, une circulation sanguine réduite et un inconfort lors de la respiration.

Comprendre son rythme cardiaque

Avoir un pouls au repos plus faible signifie que vous avez moins de risque de souffrir de maladies cardiaques car votre cœur a besoin de moins d’énergie pour garder son rythme, ce qui permet à votre corps de prendre mieux soin de lui.

Pourquoi les athlètes ont un rythme cardiaque plus faible ?

Vous vous êtes déjà demandée pourquoi les athlètes avaient des rythmes cardiaques plus faibles que leurs homologues non-sportifs ? Eh bien, selon l’American Heart Association, les athlètes qui ont un rythme cardiaque plus faible sont monnaie courante car « leur muscle cardiaque est en meilleure forme et n’a pas besoin de travailler dur pour garder un rythme régulier ». Puisqu’ils travaillent plus dur que vous à la salle de sport ou dans le sport de leur choix, ils ont une avance indéniable. Jusqu’où peut descendre le rythme cardiaque d’un athlète ? Jusqu’à 40 battements par minute (BPM). Impressionnant… Une motivation pour tous les non-sportifs à bouger et à garder votre cœur en meilleure forme. Il existe également des preuves selon lesquelles un pouls au repos moins élevé pourrait permettre de vivre plus longtemps.

Comment mesurer votre rythme cardiaque ?

Si on vous demandait de mesurer votre rythme cardiaque, comment feriez-vous ? Mesurer votre rythme cardiaque commence par la prise de pouls. Assurez-vous de rester calme, détendue et de ne pas bouger pendant un moment avant de placer votre index et votre majeur sur le côté de votre trachée, directement sous votre mâchoire. Vous pouvez aussi placer votre index et votre majeur à l’intérieur de votre poignet opposé, sous votre pouce. Selon la Clinique Mayo, c’est à cet endroit que vous devez commencer à compter les battements observés en 15 secondes. Multipliez ensuite le résultat par quatre pour obtenir le nombre de battements par minute.

Aussi simple que puisse être la mesure de votre rythme cardiaque, votre âge, vos antécédents de santé, votre état émotionnel, les médicaments que vous prenez, votre niveau de fitness global et votre consommation de tabac peuvent avoir une influence. Si vous ne souhaitez pas mesurer votre rythme cardiaque vous-même, vous pouvez opter pour un tracker d’activité Fitbit qui utilise la technologie PurePulse pour vérifier votre rythme cardiaque continu automatiquement. Il existe également plusieurs applications disponibles pour mesurer votre rythme cardiaque.

Les dangers d’un rythme cardiaque trop élevé ou trop faible

Les adultes qui ont un rythme cardiaque faible peuvent souffrir de bradycardie lorsque leur rythme cardiaque est en-dessous de 60 battements par minute (BPM). Un rythme cardiaque faible signifie que votre cerveau et d’autres de vos organes ne reçoivent pas assez d’oxygène et votre corps vous le fera savoir à travers différents signes comme des malaises, des étourdissements, un souffle court ou des douleurs thoraciques. La Clinique Mayo déclare que vous devriez demander de l’aide urgemment si vous souffrez de douleurs thoraciques pendant plus de quelques minutes. Il se peut également que vous ayez besoin d’un pacemaker. Si vous ne le traitez pas, un rythme cardiaque plus faible que la moyenne peut engendrer des malaises réguliers, des insuffisances cardiaques (qui surviennent lorsque votre cœur ne pompe pas assez de sang), un arrêt cardiaque soudain voire la mort.

L’opposé de la bradycardie, c’est la tachycardie (lorsqu’un adulte a un rythme cardiaque de plus de 100 BPM). Tout comme les personnes qui souffrent de bradycardie, les adultes qui ont un rythme cardiaque rapide peuvent être victimes de malaises ou d’étourdissements. Ils peuvent également avoir des pulsations rapides ou des palpitations. Ils peuvent aussi éprouver des raideurs au niveau de la poitrine ou des douleurs thoraciques. La Clinique Mayo ajoute que si ces syndromes ne sont pas traités, « la tachycardie peut perturber des fonctions cardiaques normales et mener à des complications graves comme des insuffisances cardiaques, des AVC, un arrêt cardiaque soudain ou la mort ».

Quel devrait être un rythme cardiaque moyen ?

Le rythme cardiaque moyen devrait se trouver entre 60 BPM et 100 BPM pour les adultes assis ou allongés sans bouger et en bonne santé au moment de la mesure.

Randonnée AMGV à Saint-Paul-les-Fonts – Lundi 8 avril 2019

Randonnée AMGV à Saint-Paul-les-Fonts

(région Bagnols-sur-Cèze) – Lundi 8 avril 2019

 

Superbe randonnée dans le Gard rhodanien à St-Paul-les-Fonts. Chemin faisant, nous emprunterons une voie romaine.

Très belle vue sur le Mt-Ventoux et les dentelles de Montmirail.

Le lundi 8 avril 2019

                   Départ  : Complexe sportif à 13h15.

Distance : 12 km – Dénivelé : 200 m

Tarifs :  

  • Adhérents AMGV : 2 €
  • Non adhérents AMGV : 3 €

Coût estimé du covoiturage : 16 € / véhicule

Renseignements : Tel 04 66 20 75 22 (le soir)

Lire et télécharger l’affiche :

Randonnée 8 avril 2019

 

4 exercices pour prendre soin de son dos au travail

4 exercices pour prendre soin de son dos au travail


La société de services actuelle pousse de plus en plus d’employés à rester de longues heures assis sur une chaise. Voici 4 exercices proposés par la FFSE pour prendre soin de son dos au travail.

Prendre soin de son dos au travail. (Shutterstock)

Le dos est de plus en plus sollicité au travail, qu’il s’agisse d’un travail physique ou bien d’un travail de bureau si la position n’est pas bonne. Carole Mégrot, formatrice à la Fédération Française du Sport d’Entreprise (FFSE), nous donne des conseils pour lutter contre le mal de dos au travail.

Une bonne posture va permettre de réduire les petites douleurs articulaires et musculaires de fin de journée, de respecter les positions naturelles de votre corps, de limiter les tensions sur vos articulations, et surtout protéger vos disques intervertébraux en cas de port de charges lourdes.

En position assise, il est conseillé d’avoir le dos droit en appui soit avec le dossier, soit avec un coussin calé entre le creux du dos et le dossier de la chaise. Avoir les épaules relâchées et vers l’arrière, les genoux positionnés à la hauteur des hanches et les jambes alignées au-dessus des chevilles, les pieds sont quant à eux posés à plat sur le sol. Tout l’avant-bras est posé sur le bureau. Si vous êtes amené à porter des charges lourdes, ce n’est pas votre dos qui se courbe mais les jambes qui se plient.

4 exemples d’exercices à faire assis ou debout :

Afin d’améliorer ces postures, il est nécessaire de faire du renforcement musculaire. Celui-ci va vous permettre de renforcer les muscles les moins toniques, de stabiliser les muscles posturaux, d’augmenter la masse musculaire et ainsi diminuer les maux de dos.

Voici quatre exemples d’exercices que vous pouvez reproduire au travail :

1- Vous pouvez par exemple réaliser des pompes contre un mur. Debout face à un mur, pieds écartés de la largeur des épaules. Tendez les bras devant vous, mains écartées de 5 à 10 cm maximum à hauteur de poitrine. Votre corps forme une ligne droite. Inspirez en fléchissant les bras et venez poser le front au mur, expirez en tendant les bras. Plus vous allez reculer les pieds du mur plus la difficulté va augmenter.

2- En position assise : à l’inspiration, positionnez vos mains croisées derrière la tête, à l’expiration penchez-vous vers l’avant (à environ 45°) en gardant le dos bien droit. Pour complexifier l’exercice à l’expiration, décoller les fesses et maintenez la position quelques secondes avant de recommencer depuis le début.

La mobilité du dos s’entretient par l’alternance de mouvements de tonification (renforcement musculaire) mais aussi par des mouvements d’assouplissement, n’hésitez donc pas à prendre quelques minutes toutes les heures pour vous étirer.

3- En position assise ou debout dos droit, entrecroisez vos doigts et tendez-les au-dessus de votre tête. Amenez les bras le plus loin possible en arrière et conservez cette position pendant quelques respirations puis inclinez-vous latéralement pendant quelques respirations. Revenez à la position verticale, puis faites la même chose de l’autre côté.

4- Pour prévenir les tensions du haut du dos, placez vos mains entrelacées à un ou deux centimètres de votre poitrine, paumes vers vous, et inspirez. En expirant par le nez, tendez les bras le plus loin possible devant vous en tournant les paumes vers l’avant, tout en rentrant le menton et en arrondissant le dos.

En complément de ces quatre exercices pratiques et rapides, il est essentiel de pratiquer régulièrement une activité physique et sportive modérée pour réduire les maux de dos. Pensez aux activités telles que la natation où vous privilégierez le dos crawlé, l’aquagym, le vélo, la marche à pied ou la marche nordique.